Mon sixième mois… Enceinte ? Non, juste au chômage

A photo taken on September 30, 2014 in Villeneuve-d'Ascq shows the logo of a French Pole Emploi employment agency during a symposium on employment.  AFP PHOTO PHILIPPE HUGUENAprès six mois, six longs mois de chômage, j’ai enfin pris la décision d’écrire ma passionnante vie de chômeuse !

Et pourquoi me direz-vous ? Je dis : pourquoi pas ! Je rédige une grande partie de la semaine des lettres de motivation, je peux bien écrire un peu plus, et franchement, je trouve ça beaucoup plus sympa… Je vais tenter de le faire de façon humoristique : broyer du noir, c’est pas vraiment mon truc et vous plomber le moral si vous tombez sur le blog, ce n’est pas non plus mon objectif.

A quoi ça sert de faire ça ? Je devrais plutôt me concentrer sur ma recherche, hein ? Oui, « c’est pas faux » comme dirait Karadoc. Je dirais que c’est une sorte de catharsis. Je vais peut-être un peu épargner mon entourage de ma mauvaise humeur chronique. (Oui, oui, oui, le chômage, c’est pire que la mauvaise période pour les filles, ça vous plonge dans un état d’irritation quasi permanent…).

Et pour personnaliser un peu plus tout ça, je m’appelle Sarah, je vais bientôt avoir 27 ans et je suis revenue vivre chez mes parents à la campagne (Pôle Emploi verse bien des indemnités, mais pour assumer seule un appartement en ville, c’est coton).

J’ai plein de surnoms : tronche de nem, la noich’, manman. En fait, mes traits tirent un peu du côté de l’Asie et en général, j’aime bien jouer à la maman en coachant des plus jeunes que moi…

J’ai un master d’histoire contemporaine après avoir écrit un mémoire sur le développement des surgelés en France (je ne suis pas en train de mentir) et j’ai repris mes études pour faire un peu de communication digitale, histoire d’avoir un master professionnel. Aujourd’hui, je recherche un poste de chargée de communication dans le secteur associatif.

Sans grande surprise, les associations ont peu d’argent à dépenser et prennent en général des contrats aidés pour répondre à leurs besoins. En clair, je n’ai pas passé suffisamment de mois en tant que chômeuse : un ou deux ans seraient les bienvenus dans mon CV pour pouvoir obtenir un poste en asso…

Je reste malgré tout positive, parce que le contraire n’aide absolument pas. Si mon blog peut faire sourire quelques chômeurs (ou des actifs, je ne fais pas de discrimination), tant mieux et surtout gardons le moral !

Chômeusement vôtre

Mon sixième mois… Enceinte ? Non, juste au chômage